Abbaye Notre-Dame d’Orval : entre patrimoine, terroir et nature
Défi Nature ASBL

© Colette Berger

Balade du 4 octobre 2020, avec Dominique Ludwig à la guidance

Nichée au fond de la belle province du Luxembourg, Orval est sans conteste une destination qui permet d’allier avec bonheur richesse patrimoniale, produits du terroir et balade nature. C’est ce que Défi Nature proposait le 4 octobre dernier lors d’une journée dédiée à cette entité, sous la guidance du toujours excellent Dominique Ludwig.

Déambulant entre les ruines, Dominique force l’imagination en retraçant pour nous l’histoire de cet ancien monastère cistercien et trappiste fondé en 1070 après que des moines bénédictins s’y furent établis.


Ruines de l'ancienne abbaye © Colette Berger

Il nous parlera aussi avec entrain et précision du mode de vie des moines qui s’y sont succédés. Le XVIIIe siècle sera l’âge d’or pour l’abbaye d’Orval grâce à la sidérurgie. Mais conflits politiques, guerres de religion et querelles internes à l'église n’ont bien sûr pas épargné le site à travers les siècles. Pillée lors de la Révolution française, elle sera alors abandonnée, et une nouvelle abbaye sera construite à proximité durant la première moitié du XXè siècle.

Côté papilles, les produits du terroir local étaient à l’honneur à midi : bières et fromages d’Orval se sont déclinés sous les traits de différents plats, tous aussi alléchants que goûteux.

Enfin, une fois rassasiés, Dominique nous emmène à la découverte de la réserve naturelle domaniale des prés d’Orval (classée Natura 2000), à deux jets de pierre de l’abbaye.


Réserve des Prés d'Orval © Colette Berger

Cette prairie humide, lotie en fond de vallée, présente de nombreux intérêts pour la biodiversité. Elle est en effet gérée en pâturage extensif (vaches Highland) afin d’augmenter la quantité et la variété d’insectes.


Vaches Highland © Colette Berger

C’est ainsi que quatre espèces rares de Chauves-souris y sont désormais recensées, et que la Barbastelle a également fait son grand retour dans cette région. Tous ces petits mammifères, longtemps considérés - à tort - comme hostiles, peuvent en une nuit ingurgiter chacun près de 3.000 insectes ! Espèces protégées, ils se reproduisent notamment dans les combles et hibernent dans les souterrains de l'Abbaye.

Une journée bien remplie donc, et dont nous sommes revenus triplement enchantés.

Merci Défi Nature !

Colette Berger

Ensemble,
découvrons la nature...

Contactez-nous

Nous les nouveaux amis !